Pedro Varela

Pedro Varela

0.00

Nouvelles Indes, September 9th - October 15th 2013 

MdM Gallery is pleased to present Nouvelles Indes, the first European solo exhibition of Brazilian artist Pedro Varela.

The title chosen refers to a series of Gobelin tapestries depicting the lush flora and fauna of the New World. Unlike the historical tapestries, Varela’s drawings and paintings are not meant to be actual registers of this exotic world, but rather an idealized vision partaking in a psychedelic tropicalism constructed through baroque still-life motifs and fairy tale imagery.

The viewer’s expectation to indulge in a tropical fantasy is thwarted by the recurring motif of the vanitas, a memento mori aptly placed amidst the abundance of nature, and the use of the elusive pigment blue which makes the dream of an exotic idyll appear remote and distant.

A unique site-specific drawing on the window front of the project space will allow to reverse the paradigm of the tropical fantasy by transporting day-to-day Parisian life into Varela’s tableau.

Download Press Release

Crônicas Tropicais, September 5th - October 10th 2015 

Après Nouvelles Indes, la MdM Gallery organisera du 5 septembre au 10 octobre la deuxième exposition individuelle de Pedro Varela à Paris, réunissant une vingtaine de ses peintures et dessins les plus récents. Dans Crônicas Tropicais, l’artiste brésilien cherche à raconter une histoire non-linéaire d’un univers tropical selon la perspective stéréotypée de l’homme de la Renaissance dont nos contemporains ne se sont pas totalement départis. Ses papiers collés de la flore latino-américaine, dont chaque élément est fixé par des aiguilles, sont d’ailleurs un clin d’œil aux objets exotiques exhibés dans les cabinets de curiosités des savants européens.

Le titre de l’exposition s’inspire de La Chronique de Nuremberg, livre illustré datant de 1493 et qui raconte l’histoire mondiale en mélangeant, d’une manière caractéristique de la mentalité de l’époque, des éléments tirés du réel et forgés par l’imagination. Comme un collage psychédélique, à la fois en noir et blanc et en couleurs, les images de Pedro Varela entremêlent des références historiques et fictives du Nouveau Monde. Dans ses paysages et ses natures mortes, il est ainsi difficile de distinguer les plantes exotiques et les bâtiments qui sont réels de ce qui n’ont d’existence que dans un esprit créatif.

Dans la continuation de ses travaux récemment exposés à la galerie Enrique Guerreiro et à la Caixa Cultural do Rio de Janeiro, l’artiste introduit dans ses peintures et ses dessins des éléments figuratifs et géométriques. Qu’il s’agisse de l’image de Cunhambebe (chef indien de la tribu des tupinambás, allié des explorateurs français et connu pour avoir mangé 60 Portugais), de celle de Vladimir Herzog (journaliste et dramaturge brésilien étranglé par les militaires pendant la dictature brésilienne) ou encore des formes triangulaires et ondulatoires qui révèlent une quête de modernité, le réseau de références de Pedro Varela donne à voir des paysages mentaux qui projettent les fantasmes et les désirs non seulement de l’étranger mais aussi de soi-même.

Pedro Varela est né en 1981 à Rio de Janeiro. Il vit et travaille aujourd’hui à Petrópolis. Il étudie la peinture à la Parque Lage School of Visual Arts et obtient un diplôme de gravure à la Fine Arts School (UFRJ). Son travail a successivement été exposé dans de nombreuses institutions au Brésil et à l’étranger. Il a récemment participé à l’exposition collective Ficções au Centre Culturel Caixa de Rio de Janeiro.

Download Press Release 

Ajouter Au Panier