Collaborations

MdM has collaborated with numerous galleries over the last years. Examples of projects include Brazil:Reinvention of the Modern, Gagosian Paris 2011, Brigida Baltar at SAM Art Projects, Artur Lescher exhibition curated by Matthieu Poirier at the Palais d'Iéna, in collaboration with Nara Roesler Gallery.

 

ARTUR LESCHER EXHIBITION CURATED BY MATTHIEU POIRIER AT THE PALAIS D'IÉNA, IN COLLABORATION WITH NARA ROESLER GALLERY


Paris

 
 

 

VERGARA SUDARIO at SAINT GERVAIS CHURCH, Paris

En coproduction avec la MdM Gallery, Carlos Vergara exposera entre le 13 mars et le 5 avril dans l’église parisienne Saint-Gervais (4e arrondissement) des œuvres inédites de la série Sudário, déjà présentée au Musée d’Art Contemporain de Niterói (Rio de Janeiro) et au Museu Nacional do Conjunto Cultural da República (Brasília). Comme l’explique l’artiste brésilien, « tout commence en 1970 avec une envie irrésistible de regarder hors de l’atelier et de produire un travail qui serait le fruit du hasard et de la collision avec l’inconnu ».

Vergara s’est depuis imprégné de divers endroits, réalisant des œuvres in situ en Cappadoce, au Turkestan, à Pompéi et dans des villes situées à l’intérieur du Brésil. Sans se limiter à une visée documentaire, l’artiste essaie de capturer l’invisible dans le visible de chaque lieu. A côté des photographies, vidéos et sculptures, il produit des monotypes – gravures uniques imprimées en tissus à partir du contact de la terre avec des vestiges (feuilles, filets, paille...) – qui déplacent des souvenirs vivants de ces ambiances si particulières sur le white cube des musées.

L’invitation à exposer dans la chapelle de Saint-Laurent, située sur le côté gauche de la nef à Saint-Gervais, a tout de suite rappelé à Vergara sa série d’œuvres réalisées en 2008 dans la mission jésuite du même nom. Localisée dans la région historique des Sete Povos (Sept Peuples), dans le Rio Grande do Sul, la mission de São Lourenço a développé de la fin du 17ème jusqu’au début du 18ème siècle un modèle de cohabitation singulier entre prêtres et indiens reposant sur l’absence de propriété privée et une catéchèse transmise par la musique. Travaillant à la construction des monuments planifiés par les missionnaires, les natifs reçurent carte blanche pour réinterpréter la doctrine catholique à travers les ornements architecturaux.

« J’ai trouvé intéressant d’apporter cette ambiance du sud du Brésil à l’intérieur de la chapelle parisienne de Saint-Laurent », a raconté l’artiste qui est récemment retourné à São Lourenço afin de créer une nouvelle série originale pour l’exposition de l’église de Saint- Gervais. L’une de ces œuvres inédites est une installation représentant la cruz missioneira , la croix d’origine espagnole retravaillée ici dans du carton, matériau d’emballage utilisé depuis les années 1960 par l’artiste. Symbole de l’expérience vécue entre jésuites et indiens Guarani, la cruz missioneira de Vergara fait le chemin inverse, revenant dans le Vieux Monde.

Sudário, le nom ancien des mouchoirs utilisés par les voyageurs pour essuyer leur transpiration, sert de métaphore à la démarche créative de Vergara dans les lieux par lesquels il est passé. Le titre de l’exposition gagne un deuxième sens dans cet espace religieux, le mot définissant également les tableaux qui représentent le visage ensanglanté de Jésus.

Né en 1941 à Santa Maria, dans le Rio Grande do Sul, Carlos Vergara est l’une des plus importantes figures de l’art brésilien depuis sa participation à l’exposition «Opinião 65» dédiée à la Nouvelle Figuration brésilienne et organisée au Musée d’Art Moderne de Rio de Janeiro en 1965. Son travail aux multiples facettes – peintures, installations, monotypes et photographies – alterne figuration et abstraction. Ses œuvres font partie des plus importantes collections : MAM Musée d’Art Moderne de Rio de Janeiro, MAC Musée d’Art Contemporain, Niteroi, Pinacoteca do Estado de Sao Paulo, Coleção Gilberto Chateaubriand et Fondation Calouste Gulbenkian